Nathanaëlle Court

Auteur Jeunesse -Illustratrice  

Création gratuite et simple

Créer un site web gratuitement

Extrait de "La Nova de Venise"


Extrait  de "La Nova de Venise"

 

 

 

 Discrètement enveloppée d’une brume légère, aux dernières heures claires d’un après-midi de février, la Sérénissime déployait sa féerie de fin d’Hiver…

On croisait alors dans la Cité l’éclat des parures, les étoffes précieuses et l’anonymat gracieux de ces masques lunaires à la délicatesse de porcelaine, faits de papier mâché blanc, or ou argent.

Derrière leur finesse inexpressive, on devinait seulement la nuance des iris. Loin d’être impertinents, ces regards-là que l’on ne cherchait pas vraiment à saisir demeuraient furtifs malgré un évident désir de plaire et d’éblouir. Effacés derrière leurs costumes de cette fête des fêtes, tous ces yeux consentaient à ne figurer qu’un rôle mineur et néanmoins capital, celui du marionnettiste...

Ainsi paradaient, entre grâce et mystère, silhouettes rayonnantes aux couvre-chefs extravagants, reines de magnificence, beaux marquis empoudrés sous des bautte cachottières et poupées d’apparat.

Qui n’agrandissait pas ses yeux pour mieux se laisser surprendre par un détail sur un gilet ou un reflet sur une coiffe ?

Car ces créatures oniriques et altières, des plus éthérées aux plus chatoyantes, surgies l’on ne sait jamais d’où, s’animaient comme une fois l’an dans ce décor du Sestière San Marco. Les siècles auraient-ils façonnés cet endroit, et nul autre, afin qu’il soit encore leur aujourd’hui ?

 

 Près des gondoles au repos, j’admirais la fascinante danse de ces dominos aux gestes langoureux. Devant les pontons de la lisière du Molo, prestigieuse jetée ouverte sur la lagune, les mouettes semblaient vouloir se mêler au somptueux Carnaval. De temps à autre, quelques fougueuses lames les escortaient. Ces vagues rejaillissaient en perles d’eau serties d’écume pour venir gifler le pavé...